Menu
Syndicat Mixte d'Aménagement
de la Moyenne et Basse Vallée de l'Ognon
A+ A A-

Evolution de l'Ognon en quantité...

En moyenne mensuelle, les débits de l'Ognon augmentent rapidement à partir de septembre et au cours de l'automne pour atteindre des valeurs maximales de décembre à mars. Les débits commencent à fléchir en mars-avril et les basses-eaux couvrent la fin du printemps et l'été. Le niveau minimum est atteint au mois d'août.

Cette évolution est la conséquence combinée :

  • des précipitations mensuelles bien réparties dans l'année
  • des mécanismes d'évaporation et évapotranspiration (évaporation par l'intermédiaire des plantes)


Consultez les données hydrologiques en temps réel :

Ognon : Situation hydrologique à :carte quantite


Scey
: Situation hydrologique à : Beveuge
Rahin : Situation hydrologique à : Plancher-Bas


L'Ognon est en CRUE (périodes de hautes eaux) ?

Consultez le site Internet du Ministère de l'Ecologie et du Développement Durable
www.vigicrue.ecologie.gouv.fr

Dans l'ensemble le régime de l'Ognon s'apparente à celui des rivières de plaine et peut-être classé dans le type pluvio-océanique. Les influences montagnardes se font sentir cependant sentir en hiver et au printemps avec la rétention puis la fonte des neiges.

  • En été, les débits de l'Ognon sont relativement indépendants des précipitations. L'essentiel de ces dernières est ponctionné par les mécanismes d'évaporation et évapo-transpiration; l'alimentation de la rivière est tributaire des réserves hydro-géologiques.
  • Au cours des saisons de transition, on passe progressivement d'une situation à l'autre: au printemps, les débits s'amenuisent au fur et à mesure que l'évapo-transpiration augmente, tandis qu'à l'automne la reconstitution des réserves souterraines absorbent une grande partie des précipitations.
  • En hiver, le débit est toujours plus abondant, que les précipitations soient fortes ou faibles


Bien entendu, ceci sous-entend que saisons et années sont liées dans leur succession. La constitution de réserves souterraines, donc d'un capital utilisable en été, ne peut se comprendre que par référence aux événements hydrologiques antérieurs : importance de la vidange de l'été précédent, de la recharge de l'automne, des écoulements du printemps. Les débits moyens des années 1969-1970, 1975-1976 ont été faibles, alors qu'ils ont été notables en 1976-1977, 1982-1983, 1999 et 2001.

C'est l'ETIAGE (période de basses eaux) ?

Vous pouvez vous renseigner auprès:

Retour en haut